ACOUPHÈNE “Tinnitus en anglais”

Le mot acouphène, d’origine grecque, veut dire ” sembler entendre ”

Aussi souvent appelé bourdonnement d’oreilles est une sensation auditive anormale ne trouvant pas son origine dans un son extérieur.

Il y a deux types d’acouphènes qui seront développés plus loin:

          Les acouphènes objectifs (rares) détectables au stéthoscope par le médecin qui sont souvent liés à des malformations vasculaires et généralement curables,

          et la grande majorité – les acouphènes subjectifs – qui sont seulement entendues par la personne concernée.

L’acouphène est généralement le signe d’un dysfonctionnement de l’oreille ou du nerf auditif. Il s’agit d’un son qui s’exprime souvent comme des bruits courants : bourdonnement, sifflement, chuintement, grondements de moteur, etc.

Ces bruits peuvent varier en intensité, en durée, en fréquence et avoir des conséquences différentes selon les individus : allant de la simple gêne à l’intrusion permanente et handicapante, et affectant la qualité de la vie quotidienne (difficultés à s’endormir et à se concentrer). De plus, les acouphènes peuvent provoquer des états d’anxiété et peuvent même conduire à la dépression.

Les causes des acouphènes ont des origines variées ce qui rend les traitements souvent difficiles.

 En Suisse, environ 20 % de la population adulte sont affectées plus ou moins fortement par des acouphènes. Même des personnes sourdes profondes peuvent en souffrir.

 Selon “la Médecine Traditionnelle Chinoise” (MTC), les causes les plus courantes des acouphènes sont l’attaque d’un « élément pervers externe », par exemple:

 – Une atteinte virale suivant la médecine occidentale,

– Une liaison interne liée aux émotions (colère, préoccupations, peur…),

– Une alimentation trop riche produisant des mucosités,

– Une consommation excessive d’alcool produisant du « feu »,

– Un surmenage physique etc.

 Toutes ces causes peuvent produire finalement un blocage de l’oreille interne et causer non seulement des acouphènes, mais également conduire à la surdité qui en est parfois l’aboutissement final.

 Les mécanismes les plus importants qui conduisent à la formation des acouphènes sont le dysfonctionnement des méridiens du « cœur et du rein », de sorte que la quintessence ne nourrit pas les orifices supérieurs, et la perturbation des méridiens de la « rate et de l’estomac » empêchent le YANG (énergie) de monter et de désobstruer les orifices des oreilles.

 La MTC parle également de la congestion du Feu et de l’encombrement de l’énergie du Foie qui bloquent « les méridiens » et « les vaisseaux » de l’oreille, et l’attaque venant de l’extérieur de « pervers » qui se logent dans le « méridien shaoyang » qui contrôle l’oreille.

Dans la pratique clinique, on différencie les « cas aigus » et les « cas chroniques », c’est-à-dire les acouphènes soudains et ceux qui durent et qui s’amplifient dans le temps.

– Le « diagnostic médical » est établi suivant:

1. Les causes spécifiques 2. Le mécanisme pathologique, 3. La constitution du patient, 4. L’état de santé du patient.

 Origine du trouble

 Comme mentionné plus haut, il est primordial de distinguer les acouphènes d’ordre

« subjectifs » et les acouphènes d’ordre « objectifs ».

– Les acouphènes subjectifs sont les plus courants (95% des cas) et sont uniquement détectables par la personne atteinte. Ils touchent essentiellement les personnes âgées de plus de 60 ans. La cause la plus fréquente est l’atteinte de la cochlée. Ils sont difficiles à traiter.

– Les acouphènes objectifs sont exceptionnels et correspondent à un bruit audible à la fois par la personne et son entourage et dont l’origine est vasculaire. Un fait essentiel, il n’existe que dans une seule oreille.

 Plusieurs hypothèses sont retenues:

1. Perturbation au niveau de la « cochlée ».

2. Activité anormale au niveau des voies nerveuses auditives, l’émission d’influx nerveux en boucle au niveau des aires auditives du cerveau serait alors interprétée comme un son.

3. Survenu à la suite d’un problème circulatoire.

4. Chez les personnes souffrant d’arthrose cervicale.

5. Séquelle d’opération de l’oreille moyenne.

6. A la suite d’un traitement médicamenteux.

7. Accompagnant une surdité, une tumeur bénigne ou maligne ou l’otosclérose.

8. Accompagnant un bouchon de cérumen, une otite.

9. Causé par le stress, les allergies alimentaires, les problèmes d’articulation de la tête et du cou.

10. Associé à des problèmes endocriniens ou d’hypertension.

11. Associé à la maladie de Ménière.

12. Associé à un blocage de l’articulation temporo – mandibulaire.

 

Symptômes apparents

 Les acouphènes se manifestent par divers bruits perçues dans les oreilles :

– Des bourdonnements  /  – Des sifflements  /  – Des chuintements  /  – Des tintements  /  – Des palpitations sonores.

Tous ces bruits peuvent être d’intensité, de durée et de modulation variables.

 Ces bruits peuvent parfois devenir intolérables et leur existence entraîne de l’insomnie, de l’irritabilité, des troubles de la concentration. L’acouphénie conduit également parfois à la dépression.

Selon l’origine de leur cause, les acouphènes peuvent s’accompagner d’une perte d’audition, mais également de nausées, de somnolence, de vertiges, de douleurs ou de l’impression persistante d’avoir un bouchon dans les oreilles.

Dans certains cas rapportés, les personnes entendent des voix ou une musique, et dans ce cas, on parlera alors « d’hallucinations auditives ».

Causes générales des acouphènes

L’acouphène résulte de la production d’un signal nerveux anormal à un quelconque niveau des voix auditives qui, après traitement par ces dernières, est interprété comme un bruit lorsqu’il atteint le cortex auditif. Ce bruit peut passer inaperçu ou devenir très gênant, selon le fonctionnement du système neurovégétatif de la personne et la charge émotionnelle qu’elle délivre.

 

En résumé, les grandes causes des acouphènes sont :

 1. Les acouphènes de cause extrinsèque ou acouphènes objectifs

– Acouphènes pulsatiles, rythmés par le pouls et doivent faire suspecter une anomalie vasculaire, rétrécissement d’un conduit circulatoire interne, anévrysme ou autre.

– Acouphènes à type de souffle rythmés par la respiration évoquent une béance de la trompe d’Eustache.

– Acouphènes rapportés par la contraction rythmés des muscles et des osselets comme les cliquetis ou tintement

2. Les acouphènes trouvant leur origine dans les affections de l’oreille et du nerf auditif.

– Blocage de l’oreille interne par un bouchon de cérumen, une otite externe, une tumeur osseuse bénigne.

– Une atteinte de l’oreille moyenne par une “otospongiose” (affection génétique) qui bloque le jeu des osselets, l’étrier et qui a un effet toxique sur l’oreille interne. Une otite moyenne aiguë ou séreuse

– Une atteinte de l’oreille interne (cochlée) : maladie de Ménière, traumatismes sonores (p.ex. traumatismes subis suite à la détonation de pétards, feux d’artifices etc.), presbyacousie, surdités toxiques (traitements de chimiothérapie, des anesthésiques locaux, des antidépresseurs, certains antipaludéens comme la chinine) , labyrinthites (état inflammatoire de l’oreille interne), surdités brusques ou fluctuantes traduisant des désordres de la microcirculation de la cochlée, parfois des désordres de l’immunité.

– Atteinte rétrocochléaire (entre cochlée et tronc cérébral): les neurinomes (tumeurs bénignes de la « gaine de Schwan » qui est un tissus isolant entre les fibres nerveuses conductrices).

– Atteinte des centres cérébraux, mais rarement observée en ORL.

IMPORTANT

Certains médicaments peuvent également être responsables d’acouphènes:

– Des fortes doses d’aspirine

– L’ibuprofen,

– Les anti-inflammatoires non stéroïdiens,

– Certains antibiotiques,

– Les anti-dépresseurs,

– Certains diurétiques, antipaludiques et la quinine,

– Certains contraceptifs oraux, et la chimiothérapie,

– Des problèmes dentaires (dysfonctionnement des occlusions dentaires : les dents de la la mâchoire supérieure ne s’emboîtent pas  correctement avec celles de la mâchoîre inférieure, ce qui se répercute sur l’équilibre ostéopathique des plaques osseuses crâniennes).

Examens pratiqués

1. La consultation

– L’examen oto-rhino-laryngologique (effectué par un médecin ORL) qui pour s’avérer complet doit comporter:

– L’otoscope ou examen du conduit auditif et du tympan à la recherche d’un bouchon de cérumen, recherche d’un vertige, d’une surdité.

– Examen cardiovasculaire.

– Examen neurologique permettant la recherche d’une cause précise.

 Les acouphènes d’origine vasculaire peuvent être mis en évidence lors de l’auscultation de la région haute du cou. Ils apparaissent en même temps que les battements du pouls carotidien traduisant la progression du flux sanguin à chaque cycle du cœur.

 2. Examens et analyses complémentaires

– L’artériographie qui va permettre de visualiser un anévrisme carotidien.

– Lorsque les acouphènes deviennent permanents et invalidants, le médecin peut être amené à prescrire des examens audiométriques permettant de mesurer l’audition.

– D’autres examens radiologiques pourront être pratiqués comme « le scanner ou l’IRM».

Traitements médicaux officiels

 Dans la plupart des cas, il est difficile d’identifier avec précision la cause des acouphènes.

Toutefois certains traitements peuvent être appliqués mais leur efficacité et leurs effets secondaires diffèrent selon chaque personne et 90% des médecins sont insatisfaits quant à l’efficacité de ces médicaments.

– Cependant, certains médicaments peuvent donner des résultats positifs.

– Le recours à la chirurgie selon la cause identifiée peut être bénéfique.

– L’assourdissement blanc consiste à camoufler l’acouphène par un bruit extérieur.

– La prothèse auditive, jumelée ou non à un assourdisseur,

– La relaxation (thérapie cognito-comportementale) pour amener la personne à une maîtrise de ses réactions biologiques et émotives au moyen de différentes techniques.

Traitements des acouphènes au moyens d’appareillage.

Une distinction est faite entre quatres types de traitements au moyens d’appareillage différents:

  • Aides auditives traditionnelles

Lorsque l’acouphène est combiné à une perte d’audition, généralement une adaptation d’aide auditive classique procure un effet de masquage efficace. L’amplification de l’aide auditive procure une sorte d’enrichissement de l’environnement sonore qui va procurer l’effet de masquage.

  • Aides auditives combinés  ” TRT ”  Tinnitus Retraining Therapy  = Traitement d’habituation aux acouphènes.

Certains modèles d’appareils acoustiques disposent de programmes générateurs de bruits qui procurent un effet d’enrichissement sonore ajustable, afin d’entreprendre une thérapie “TRT” qui va alors permettre d’apprendre progressivement à la conscience de se séparer de l’acouphène. Le principe de la TRT est d’ajouter un bruit définit qui va perturber la perception de l’acouphène , une sorte de création de diversion de l’attention afin d’oublier les acouphènes. “L’effet de masquage n’est pas complet”

  • Masqueur “Débruiteur”

L’acouphène est complètement recouvert par un son large bande qui soulage la tension ou le stress causés par les acouphènes très proche de la fréquence de l’acouphène “l’effet de masquage est complet”.

  • Neurostimulateur Neuromodulation
  • Cette méthode agit sur les cellules nerveuses en envoyant des stimulus acoustiques en supposant que de mauvaises transmissions dans le cerveau sont la cause du sifflement et que ces cellules nerveuses envoient des signaux par paquet à la même vitesse. Progressivement les réseaux nerveux se réorganise et ainsi les acouphènes perdent en intensité.
    Informations: swisstinnitus.ch ou “Clinique de l’oreille de Lausanne”

    Afin de réduire la gêne occasionné par vos acouphènes:

    • Essayer d’apprendre à vivre avec en essayant psychologiquement de les dissociers, de ne pas les « écouter »
    • Si vous êtes appareillé, l’amplification des appareils auditifs peut vous procurer un effet de masquage des acouphènes.
    • Ecouter votre musique préférée ou un léger bruit de fond, ce qui permet plus ou moins bien « masquer » ces acouphènes le soir avant de s’endormir.  « liens apps Tinitus balance » Application Tinnitus Balance Une application pour smartphone qui vous donne accès à une bibliothèque de sons et de musiques à utiliser dans votre gestion personnel de votre acouphène.
    • La relaxation peut vous amener à une maîtrise de vos réactions biologiques et émotives personnel ceci au moyen de différentes techniques. par exemple : la technique de respiration du yoga le « Pranayama »
    • La sophrologie est une méthode psychocorporelle associant la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation d’images positives. C’est une discipline qui peut avoir des effets sur la santé. ” Liens “


    AUTRES SOLUTIONS :

    Approches et techniques naturelles

    NOUVEAUX SERVICE sur rendez-vous, à l’adresse du Centre Acoustique :

    NOUS VOUS PROPOSONS EN PARTANARIAT AVEC UNE NATUROTHERAPEUTE RECONNUE PAR LES ASSURANCES COMPLEMENTAIRES, UNE CONSULTATION SUR LES THERAPIES DE TRAITEMENTS DES ACOUPHENES.

    Mme Margit Hartwig, Docteur en Naturothérapie,   Tél. 022 736 04 83 ,  Consultation uniquement sur rendez-vous.